top of page
Rechercher

EWA-BELT a organisé un événement à la CNULD - COP15

Abidjan, Côte d’Ivoire, 13 mai 2022

Le Centre de recherche sur la désertification (NRD) de l’Université de Sassari participe à la Conférence des Parties (COP 15) de la CNULD - Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification qui se déroule à Abdijan (Côte d’Ivoire) du 9 au 20 mai. Le thème de la COP15, ‘Terre. Vie. Héritage : De la rareté à la prospérité, est un appel à l’action pour faire en sorte que la terre, la bouée de sauvetage sur cette planète, continue d’être bénéfique pour les générations présentes et futures. La COP15 réunit des dirigeants des gouvernements, du secteur privé, de la société civile et d’autres intervenants clés du monde entier pour faire progresser la gestion durable de l’un de nos produits les plus précieux : la terre.

Au cours d’une conférence importante et prestigieuse, NRD a organisé un atelier intitulé "Comment développer la prochaine génération de chercheurs sur la désertification et la dégradation des sols?" tenu le 13 mai 2022 en collaboration avec DesertNet International (DNI).


Au cours de l’atelier, deux doctorants de l’université de Sassari, le Dr Meron Lakew Tefera (Ph.D. en désertification et dégradation des sols) et le Dr Chiara Cesaracciu (Doctorat national en développement durable et changement climatique) ont présenté deux projets coordonnés par le NRD : EWA-BELT (GA 862848) et SALAM-MED (Programme PRIMA 2021). En particulier, le Dr Meron Lakew Tefera a eu l’occasion de présenter le projet EWA-BELT aux représentants de la société civile, aux experts académiques, aux doctorants et aux représentants des Nations Unies qui ont participé à l’événement. Le discours du Dr Tefera était axé sur la façon dont le projet EWA-BELT vise à améliorer le renforcement des capacités dans les pays d’Afrique subsaharienne concernés (Tanzanie, Kenya, Ghana, Éthiopie, Burkina Faso, Sierra Leone). Elle a également expliqué comment le projet vise à lutter contre la désertification et la dégradation des terres en renforçant les capacités scientifiques nationales dans les pays d’Afrique de l’Est et de l’Afrique subsaharienne occidentale, en façonnant le rôle des jeunes scientifiques, encourager la coopération Sud-Sud et établir un réseau international d’experts de haut niveau.


1 vue0 commentaire

コメント


bottom of page