top of page
Rechercher

FIELD VISIT À L’UNIVERSITÉ DE NAIROBI – ENTREVUE AVEC CHARLES ODIRA

Le jeudi 27 octobre 2022 Lors de la visite de terrain organisée dans le champ de démonstration de l’Université de Nairobi, différents agriculteurs ont eu l’occasion d’exprimer leur savoir-faire / améliorations de rendement / avancées technologiques vécues dans le cadre du projet EWA-BELT. Entre autres, Charles Odira. Charles est l’une des personnes qui ont été ajoutées dans les projets et il est un manufacturier et aussi un agriculteur (champ d’arachides). Voici quelques questions auxquelles il a répondu pendant la visite sur le terrain.


Pourquoi cultivez-vous des arachides et pas du maïs?

Je ne cultive pas de maïs par principe, et je vous dis pourquoi.

Si vous cultivez du maïs, même s’il neige partout, le coût de la culture et le coût d’achat s’équilibrent presque si vous atteignez une petite échelle, mais si vous le faites à grande échelle, il fait.

Donc par principe, je ne cultive pas de maïs.

Mais en ce qui concerne mon voisin, il y a un ministère de l’agriculture qui, je pense, a bien fait son intervention en donnant quelque chose aux agriculteurs pour le printemps, mais parfois les agriculteurs deviennent paresseux et ne l’obtiennent pas (offres du ministère), et mon voisin ne l’a pas eu.

Résumé : les coûts entre la culture et l’achat du maïs sont égaux si l’on considère à petite échelle comme il pourrait l’être pour les agriculteurs locaux.


En ce qui concerne les problèmes liés aux arachides, quels sont vos principaux problèmes, quels sont vos priorités?

En tant qu’agriculteur, j’accorderais la priorité à la production, parce que lorsque j’imagine que je dois obtenir ceci de l’Ouganda, je dois obtenir ceci de la Tanzanie, du Malawi, vous voyez, c’est produit là-bas, et c’est moi qui assume les coûts de transport, mais si je l’obtiens d’ici, alors ce serait beaucoup moins cher.

Personnellement, je ne viens pas de cette région, je viens d’acheter des terres ici, et quand vous lisez, vous vous rendez compte que le point où je viens est la culture de l’arachide au Kenya, mais si vous y allez pour acheter un sac d’arachides, ils vous disent « donnez-nous une semaine pour l’obtenir pour vous »., et s’ils l’obtiennent pour vous, alors il s’agirait d’une variété, d’un mélange, c’est-à-dire une zone de culture d’arachides, alors vous pouvez imaginer ce qui se passe dans d’autres zones qui ne sont pas considérées comme des zones de culture d’arachides.

Donc, pour moi, ce serait la production.


Résumé : l’élément principal à prioriser est la production sur la qualité réelle de la semence : exemple sur l’achat de semences étrangères sur les semences locales, ces dernières sont vendues dans un mélange plutôt que d’un seul type.


Charles Odira

Merci beaucoup, je veux savoir le processus de la récolte de l’arachide

Ici, nous faisons tout le processus de la récolte, selon les arachides. Lorsque quelqu’un vient ici, nous voulons qu’il suive tout le processus, nous ne lui disons pas « quand vous arrivez à ce point, allez en ville », alors nous finissons tout ici, alors nous allons aussi voir un peu le traitement.

Nous fabriquons également l’équipement que nous traitons. Il y en a beaucoup sur le marché, et ici, j’ai beaucoup d’équipement que les gens ont apporté et ils me disent : « J’ai acheté celui-ci, il était censé traiter des arachides, mais ce n’est pas le cas, alors que dois-je faire? » et j’en ai beaucoup ici et j’essaie juste d’aider, et je demande combien ils ont payé, je leur demande de vérifier le reçu et je leur dis : «La mienne a coûté 65k shillings, alors apportez-moi 15k shillings (la différence entre le prix de Charles et celui du marché)» dans le but d’aider.

Ensuite, pour aider les gens, ils demandent plus d’équipement et les entreprises continuent.


Résumé : il est essentiel d’enseigner et de montrer que l’équipement est également présent dans le domaine de la production, dans un sens que le cycle de récolte est terminée.


Existe-t-il une structure, disons, entre vous, en tant que coopératives? Pourquoi les aidez-vous?

Donc nous parlions (Charles et Prof Okoth) mais pas encore rencontré quand ce projet est venu, et il est venu après. Elle m’a dit de m’appeler et elle m’a présenté le projet. Alors tout a commencé comme s’ils avaient besoin de mes services, et quand j’ai commencé à fournir mes services, j’ai réalisé que « c’est bon aussi pour moi », alors je suis venu ici (en me référant à la terre même) en demandant « Puis-je louer des terres? » Ainsi, lorsque les agriculteurs produisent, je produis aussi et c’est là que j’ai vu les défis, puis je suis arrivé avec cet équipement.

Donc, pour l’instant, il s’agit d’une relation d’agriculteur à agriculteur (relation), et ce que vous demandez, je pense que c’est la voie à suivre, et dans les prochains jours, je pense qu’il sera bon pour nous, les agriculteurs, de former peut-être une coopérative, où nous avons un objectif commun et où tout le monde aide dans la coopérative.


Résumé : ce qui a commencé par la simple connaissance de l’autre et la participation réciproque au projet, pourrait avoir des potentialités dans la direction de la construction d’un réseau plus social entre les agriculteurs se dirigeant vers une structure en tant que coopérative.


1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page