top of page
Rechercher

EWA-BELT à la XXIII INFOPOVERTY WORLD CONFERENCE aux Nations Unies

Dernière mise à jour : 29 avr.


Le 12 avril 2024. Nations Unies, New York.

Le Projet EWABELT a participé à la XXIII Infopoverty World Conference "A.I. turmoils digital processes : how to act to ensure human rights and provide e-welfare for all?" et a présenté les stratégies les plus innovantes dans le domaine de l'agriculture numérique et de la sécurité alimentaire.



Le 12 avril 2024, EWA-BELT a présenté ses principales réalisations lors de la XXIII Infopoverty World Conference, un événement phare annuel des Nations Unies organisé par OCCAM, the Observatory on digital communication, affilié au Conseil économique et social des Nations Unies et partenaire du projet. Cette année, la conférence a eu lieu en présence au siège des Nations Unies à New York et en ligne sur Webex, diffusée en direct sur UNWebTV.


Le thème de la conférence : "A.I. turmoils digital processes : how to act to ensure human rights and provide e-welfare for all ?" a ouvert les travaux pour un « Plan of Action » partagé à présenter aux Nations Unies pour aborder la phénoménologie en cours et définir les stratégies futures à adopter non seulement pour atteindre les objectifs de développement durable et l'Agenda2030, mais aussi en vue d'une société numérique plus juste, plus inclusive et plus durable, impliquant tous les acteurs publics et privés pour faire face aux opportunités et défis de l'intelligence artificielle.


Avec les niveaux de pauvreté qui s'étendent à travers le monde, suscitant des inquiétudes quant à une éventuelle récurrence de la crise de 1929 - résultant d'une production saturée et d'une pénurie d'acheteurs - il est donc impératif de concevoir des politiques globales visant à favoriser le développement parmi les populations les plus pauvres. Avec le titre "Poverty eradication and hunger : a first challenging priority for AI", la deuxième session de la Conférence a été dédiée au Projet EWABELT (GA 862848) qui, exécuté dans des villages de 30 régions sub-sahariennes par 20 partenaires parmi les universités, les centres de recherche et les entreprises, a montré comment l'intégration de technologies numériques alimentées par l'IA dans l'agriculture et les connaissances traditionnelles ainsi que les meilleures pratiques favorisent un développement tangible au sein des communautés les plus défavorisées d'Afrique.


La session était présidée par Melchiade Bukuru, Directeur, UNCCD, Bureau de liaison à New York, qui a souligné comment la pauvreté et la faim ont la même géographie - "les plus pauvres et les plus affamés se trouvent essentiellement dans des zones où la terre, le principal actif des pauvres, est dégradée" - et une connotation de genre également avec "les femmes supportant le poids de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse". Halka Otto, Chargée de liaison principale, Bureau de liaison de la FAO à New York, a non seulement reconnu les progrès que l'IA et les technologies numériques peuvent apporter aux contextes d'insécurité alimentaire et à l'agriculture en général, mais a également salué le Projet EWABELT pour ses efforts en faveur du développement durable dans les régions africaines. Giovanna Seddaiu, Professeur d'Agronomie et Coordinatrice de EWABELT, Université de Sassari, NRD ; et une déclaration conjointe des Membres du Comité Consultatif Scientifique de EWABELT, Youssef Brahimi, Membre Fondateur de l'Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), et François Tapsoba ; ont présenté les implications sociales et économiques du Projet, en accordant une attention particulière à la création d'emplois et à l'implication des jeunes, ainsi qu'en fournissant cinq recommandations politiques pragmatiques et suggestions pour amplifier les résultats de EWABELT, reconnaissant l'urgence d'une approche scientifique centrée sur l'homme, éthique, orientée vers les droits de l'homme et inclusive. Ensuite, Giovanni Zanoni, Analyste chez OCCAM, avec le soutien de l'Université de Sassari (Prof. Quirico Migheli) et de l'Université de Nairobi (Prof. Sheila Okoth), a présenté la Plateforme PlantHead, une solution numérique qui offre un diagnostic en temps réel et des instruments de protection des cultures respectueux de l'environnement pour lutter contre les maladies des plantes et les défis liés à l'insécurité alimentaire. Aujourd'hui, la plateforme Planthead constitue un outil de soutien crucial dans les FFRUs de EWABELT pour de nombreux agriculteurs dans la détection et le traitement en temps opportun des maladies des cultures. Marco Cereda, Chercheur en biotechnologie du silicium, STMicroelectronics ; Quirico Migheli, Professeur, Directeur NRD, Université de Sassari ; Abigael Ouko, Chercheur, Université de Nairobi ; ont présenté l'outil portable Q3 qPCR développé par STMicroelectronics et testé au Kenya pour tester des cultures modèles susceptibles d'être contaminées par des mycotoxines produites par des champignons.

Reconnaissant ces éléments comme des contributeurs significatifs aux maladies d'origine alimentaire, notamment en Afrique subsaharienne, ces outils numériques viendront compléter d'autres approches innovantes développées par le projet, allant des technologies de stockage améliorées et des systèmes d'aide à la décision jusqu'à la détection précoce du développement de moisissures dans les produits stockés.

Nicola Morganti, Président, Fondation ACRA, s'est penché sur les recherches que le Consortium mène sur les biopesticides. En particulier, il a présenté l'étude de cas sur la « Cassia Nigricans » au Burkina Faso, où les agriculteurs ont non seulement redécouvert les avantages de l'utilisation de l'extrait après de nombreuses années pour protéger les cultures, mais l'ont également reconnu comme une précieuse connaissance traditionnelle intégrée à valider à grande échelle. Enfin, John Bidzakin, Chercheur Associé, Université de Cranfield, a souligné l'importance de la recherche sur les Espèces Végétales Négligées et Sous-utilisées (NUS). L'étude de cas sur le Fonio au Ghana et sa chaîne de valeur attestent des énormes implications socio-économiques que ces cultures ont pour faire face aux défis et aux opportunités de sécurité alimentaire dans les régions sub-sahariennes. 


Le Projet EWABELT se distingue donc comme un effort international synergétique dans les actions opérationnelles de recherche et d'innovation enrichissant la pléthore multilatérale d'instances capables de faire avancer le progrès et le développement vers le bien-être numérique pour tous, en particulier pour les régions méritantes. 


Sur ces bases, la « Final Declaration » et le « Plan of Action » associé engloberont toutes les idées qui ont émergé de la discussion pour définir une feuille de route à adopter par les décideurs politiques, les organisations internationales, les entreprises et la société civile pour une société plus juste, plus inclusive et plus durable, guidée par les ODD et les Principes Fondamentaux des Nations Unies. 



In memoriam de Naresh Magan, Professeur, Cranfield University


**


For media inquiries, please contact:

OCCAM - Observatory on Digital Communication


6 vues0 commentaire

コメント


bottom of page