top of page

Risultati di ricerca

52 éléments trouvés pour «  »

  • Les TIC et la sécurité alimentaire : un défi à relever avec Giovanna Seddaiu, coordinatrice d'EWABELT, aux Nations Unies.

    "On pense que les solutions d'IA doivent être sensibles à la culture et tenir compte des traditions, des croyances et des structures sociales locales afin de garantir leur acceptabilité et d'éviter les conséquences imprévues." Régarder la Conférence ici Régarder les déclarations des intervenants sur le notre Chaîne YouTube commune "SI in Africa" Reconnaissant les défis que les pays africains doivent relever - des niveaux élevés d'insécurité alimentaire et nutritionnelle à la dégradation des terres et à l'accès partiel aux technologies adéquates et à la chaîne de valeur agroalimentaire, aujourd'hui exacerbés par le changement climatique - le projet EWABELT (GA 862848) s'est efforcé de promouvoir l'approche de l'intensification durable (IS) afin d'offrir des moyens pratiques d'augmenter le rendement agricole tout en préservant les ressources naturelles (eau, sol, biodiversité et terre) et le flux des services écosystémiques. Les activités en cours se déroulent dans six pays d'Afrique subsaharienne, à savoir la Sierra Leone, le Burkina Faso, le Ghana, la Tanzanie, le Kenya et l'Éthiopie. Des résultats intéressants ont été obtenus, au bénéfice des agriculteurs, des agents de terrain, des chercheurs et des décideurs politiques. L'un des principaux objectifs du projet est l'utilisation et l'accès aux TIC afin de prévenir la propagation des niveaux d'insécurité alimentaire. En effet, comme cela a été souligné lors de la 23e conférence mondiale sur l'infopauvreté, l'accès des communautés rurales et isolées aux TIC peut grandement contribuer à atténuer la pauvreté et à améliorer le statut socio-économique des bénéficiaires. Les TIC permettent non seulement aux agriculteurs d'accéder à des ressources éducatives et à du matériel de formation, mais aussi de se familiariser avec les techniques agricoles modernes, ce qui se traduit en fin de compte par une augmentation de la productivité. Prof. Giovanna Seddaiu, coordinatrice du projet EWABELT et professeur d'agronomie à l'université de Sassari, explique comment le projet EWABELT contribue à la réalisation de cet objectif ambitieux. Lisez sa déclaration à l'occasion de la deuxième session de la 23e Infopoverty World Conference consacrée au projet sur le thème "L'éradication de la pauvreté et de la faim : une priorité de premier ordre pour l'IA" le 12 avril 2024 au siège des Nations Unies à New York. "Thank you very much. I wish to thank OCCAM for organizing this event in a very important and fascinating venue and for inviting the EWABELT project to contribute again this year. This is the fourth year for EWABELT to present the results and since we are one year and a half, more or less, to the end of the project, I’m really delighted to share with all of you the important achievements that we have obtained so far. So, first of all, I would like to say a few words about the project. The overall objective of EWABELT is to develop food production systems promoting sustainable intensification in different countries in East and West Africa. We are working in Ethiopia, Kenya, and Tanzania in the Eastern Region, and in Burkina Faso, Ghana, and Sierra Leon in the Western Region. Most important is that we want to realize an interregional African belt to promote sustainable intensification by assessing and exchanging best practices and experiences among these different contexts. Sustainable agriculture intensification is thus a core topic in EWA BELT, which means that we want to achieve, according to the FAO definition, production systems and crop management technologies that increase productivity without adverse effects on both humans and the environment. Why is sustainable intensification so important for African farming systems especially in the sub-Saharan African systems where the EWA BELT project is working? These countries are facing a huge crop yield gap, i.e. a high difference between the potential and the actual yield. For example, in rainfed maize grown in sub–Saharan African countries the yield gap could be up to ten tons per hectare. This means that you need to cultivate ten times more land to obtain the same amount of yield. This depends very often on the mismanagement of resources and agricultural inputs. For example, pesticides are often not timely supplied and/or in inappropriate amounts, and moreover commonly without any health security device causing very important health problems to farmers. What is the role of AI for sustainable intensification? We know that artificial intelligence in agriculture is used mainly for crop yield prediction and price forecasts, for intelligence spraying, predictive insights, crops and soil monitoring and disease diagnosis. EWABELT is working on crop yield prediction and increased productivity and for disease diagnoses especially. At a global scale, the common applications of AI are especially for predicting purposes (40%), for managing harvesting (31%) with robotics especially, and for advanced care of crops (about 30%). So as all the other speakers before me have highlighted, there are a lot of opportunities also in this interlink between artificial intelligence and African agricultural systems. The major benefits are increasing productivity and resource efficiency like in precision agriculture systems, enhancing market connectivity but also job creation (i.e., attracting youth to agriculture and thus addressing the critical issue of job creation in Africa). But there are a lot of challenges as well: limited access to advanced technology and inadequate infrastructures for rural communities, the digital divide, the limited availability and quality of data, and insufficient proficiency of agriculture stakeholders particularly in rural communities. Furthermore, a lot of ethical concerns are emerging from the use of AI in African agriculture. Among the many ethical concerns, data privacy and the potential for technology-induced job displacement are very relevant, but there are many others. There is a strong debate in the international community to try to develop ethical AI practices through fairness and bias mitigation, inclusivity and accessibility, human-centric design, capacity building and training, continuous monitoring and assessment, education programs, and cultural sensitivity. This latter aspect is very important and EWA BELT is working a lot in this respect. We really believe that AI solutions should be culturally sensitive taking into account local traditions, beliefs, and social structures to ensure acceptability and avoid unintended consequences. So the promotion of traditional knowledge is a key issue. We should valorize traditional knowledge to inform and feed the development of AI solutions. This is really one of our goals within EWA BELT. I will tell you just a few examples because after me the other speakers will provide details. The EWABELT project is really trying to explore the fascinating intersection between combining modern technology and traditional knowledge. How? We are working in 6 African countries with over 30 farmer field research units which are dialogue platforms gathering different groups of stakeholders, scientists, farmers, practitioners, advisors, and other key stakeholders and where processes of co-learning, co-creation, and hybridization of knowledge are facilitated. The idea is to develop some ICT tools and AI-based technologies able to promote the sustainable intensification of cropping systems. Today, we will present some examples from the Ewa-belt project such as the PlantHead Diagnostic Network and the Lab-on-chip quantitative real-time PCR. After me, my colleagues will provide details. Both of these technologies are early warning systems for detecting plant pathogens and the idea is to develop these kinds of systems by integrating them, especially the PlantHead network with the traditional knowledge. The PlantHead network is a system where images of crop diseases are collected by farmers, sent to service providers who provide a diagnosis and solutions, and contemporarily the images feed an AI machine learning system. The solutions that are provided for crop protection are emerging from the discussions within the farmer field research units and, for example, one of the solutions is being developed through the promotion and the innovation of traditional knowledge is the case of biopesticides: Later, the ACRA team will present the experience on the Cassia nigricans based extracts. Moreover, traditional knowledge is promoted also through the studies on the NUS, the neglected and underutilized species, that represent a core research topic of the EWA BELT project. We are analyzing the associated traditional knowledge, traditional habits, and uses within our farmer field research units. After me, we will present an example of the value chain in the case of Fonio but we are working also on several other NUS like Cassava, Frafra potato, Enset, Teff, and Coccinia abyssinica. I really hope that all the conference participants will appreciate our stories and our experiences and they will encourage and support our efforts in expanding, replicating and scaling out the impacts in the development of the virtual belt between West and East Africa but also beyond. I would like to say a few words in memory of Professor Naresh Magan, here are some pictures of Naresh in the field with us during EWA BELT travels in Africa. Professor Naresh Magan passed away last year after a short illness. He belonged to the staff of Cranfield University and was leading very important tasks in EWABELT on post-harvest technologies. He was a distinguished and outstanding scientist in applied mycology at the international level. His passion for his subject was really infectious and we miss him enormously. Rest in peace, Naresh." -Prof. Giovanna Seddaiu EWABELT Coordinator, Professor of Agronomics at University of Sassari En s'appuyant sur les déclarations des participants, OCCAM a rédigé la déclaration finale de la conférence, qui comprend des suggestions, des propositions et des recommandations à tous les niveaux. OCCAM a rédigé la Déclaration Finale de la conférence, qui comprend des suggestions, des propositions et des recommandations à tous les niveaux pour faire face à un monde en constante évolution où les technologies, si elles sont orientées et réglementées de manière adéquate, pourraient être bénéfiques au développement socio-économique mondial en vue d'un e-bien-être pour tous, dans le respect des droits de l'homme et des principes des Nations unies. Parallèlement, OCCAM travaille également sur le Plan d'action qui englobera toutes les instances opérationnelles qui ont émergé vers la réalisation des ODD et de l'Agenda 2030 de l'ONU, en consacrant une attention particulière aux meilleures pratiques du projet EWABELT et en promouvant des recommandations scientifiques et politiques au profit des communautés les plus défavorisées, en particulier en Afrique subsaharienne. ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • La FAO applaudit le projet EWABELT lors de la 23ème Infopoverty World Conference aux Nations Unies

    Mme Halka Otto, Senior Officer au Bureau de liaison de la FAO à New York, au nom du Directeur Guangzhou Qu, reconnaît le projet EWABELT "pour son utilisation de l'IA et de l'approche d'intensification durable (SI) pour les terres marginales et pour avoir montré comment l'intégration des technologies numériques dotées d'IA dans l'agriculture peut favoriser un développement tangible en Afrique". Régarder la Conférence ici Régarder les déclarations des intervenants sur le notre Chaîne YouTube commune "SI in Africa" Les solutions basées sur l'IA ont rapidement fait leur entrée dans les systèmes agroalimentaires grâce à des innovations allant des tracteurs autopilotés et des pulvérisateurs autonomes aux opérations sophistiquées d'agriculture en intérieur qui tirent parti de la vision par ordinateur et de l'IA pour optimiser les conditions de croissance des cultures et détecter les ravageurs et les maladies des plantes. L'agriculture pilotée par l'IA est bien réelle et transforme déjà le monde de l'agroalimentaire, operant également à l'insécurité alimentaire grâce à ses capacités d'anticipation qui permettent de minimiser les pertes et les gaspillages alimentaires et d'améliorer l'efficacité de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, de la ferme à la table. La FAO - Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture - "aide les gouvernements à mettre en place des systèmes agroalimentaires inclusifs, efficaces et durables, par le biais d'une action et d'une collaboration fondées sur le marché, éclairées par des idées et des innovations et conformes aux Objectifs de Développement Durable" (FAO)*. Ce faisant, la FAO reconnaît les opportunités offertes par les innovations numériques et l'IA et appelle à un accès généralisé aux technologies numériques pour tous afin d'exploiter leur plein potentiel en faveur de la sécurité alimentaire dans toutes les régions. Lors de la deuxième session de la 23e Infopoverty World Conference consacrée au projet EWABELT (GA 862848) sur le thème "L'éradication de la pauvreté et de la faim : une première priorité stimulante pour l'IA", le 12 avril 2024, au siège des Nations unies à New York, Mme Halka Otto, Senior Officer au Bureau de liaison de la FAO à New York, a témoigné les efforts que la FAO déploie en soulignant le rôle de la numérisation et de l'IA dans la mise en place de systèmes agroalimentaires sûrs, résilients et durables. Lisez sa déclaration ci-dessous ou visitez le site FAO/statements. “We thank the Observatory on Digital Communication (OCCAM) for inviting FAO and for bringing poverty eradication and hunger to the table of this important discussion. FAO recognizes the EWA-BELT project for its focus on using AI and the Sustainable Intensification (SI) approach for marginal lands and showcasing how integrating AI-empowered digital technologies into agriculture can foster tangible development in Africa. As shown by the project, AI-driven farming is already transforming agrifood systems. In the context of using AI for the eradication of poverty and hunger, FAO sees both promising potential and real risks. AI-driven solutions have quickly made their way to agrifood systems through innovations from self-driving tractors and autonomous sprayers to sophisticated indoor farming operations that leverage computer vision and AI to optimize crop growth conditions and detect plant pests and diseases. It also plays a crucial role in addressing food insecurity with its foresight capabilities and in minimizing food loss and waste by improving the efficiency of the food supply chain from farm to table. At FAO, AI is being actively deployed in our work and internal management systems. For example, we were the first to use AI in our remote sensing models, and we are integrating Large Language Models (LLMs) into our internal processes and also launched an internal AI community of practice in 2022. However, with prospects come challenges. AI is a rapidly evolving technology that can dramatically increase the digital divide. The main challenge is using AI to accelerate agrifood systems transformation in a way that does not exacerbate inequalities but rather fosters sustainability. Recognizing the benefits and the risks, FAO is an active player in the AI for Good community hosted by the International Telecommunication Union (ITU), and amongst the first signatories of the Rome call for AI Ethics, together with Microsoft, IBM and the Vatican. The call recognizes and assumes the shared responsibility that comes with digital innovation and technological progress. Furthermore, FAO champions Digital Public Goods and is firmly committed to ensuring AI models are impartial, reliable secure, accurate, and used responsibly, with transparency, inclusivity, and accountability. There have been various emerging AI governance frameworks, and they must be implemented in practice. In December 2023, the United Nations AI advisory body published an interim report that calls for a closer alignment between international norms and how AI is developed and rolled out. FAO echoes this call to strengthen international governance of AI, ensuring the transformation of agrifood systems leaves no one behind. The report presents seven different functions that need to be carried out in order to achieve this, as well as recommendations to enhance accountability and ensure an equitable voice for all countries. It stresses AI governance should support diversity, equity, inclusion, and public policy goals, highlighting the importance of data governance and promoting public data commons. To conclude, FAO stresses the need to develop AI capabilities hand in hand with AI governance and ensure that it is carried out in practice. Implementing Digital Public Goods and projects like EWABELT are examples of how we can work toward an inclusive digital future that contributes to the transformation of agrifood systems. We call for universal and adaptive multi-stakeholder collaboration anchored in UN values and international commitments, upholding principles such as inclusive growth, transparency, responsibility and accountability while emphasizing human-centered values. I thank you for your attention and wish you fruitful discussions.” -Mme Halka Otto, Senior Officer, Bureau de liaison de la FAO à New York En s'appuyant sur les idées qui se dégagent des déclarations des participants - restez à l'écoute pour en savoir plus ! OCCAM a rédigé la Déclaration Finale de la Conférence, qui comprend des suggestions, des propositions et des recommandations à tous les niveaux pour faire face à un monde en constante évolution où les technologies, si orientées et réglementées de manière adéquate, pourraient être bénéfiques pour le développement socio-économique mondial en vue d'e-welfare for all, dans le respect des droits de l'homme et des principes de l'ONU. Parallèlement, OCCAM travaille également sur le Plan d'action qui englobe toutes les instances opérationnelles qui ont émergé vers la réalisation des ODD et de l'Agenda 2030 de l'ONU, en consacrant une attention particulière aux meilleures pratiques du projet EWABELT et en promouvant des recommandations scientifiques et politiques au profit des communautés les plus défavorisées, en particulier en Afrique subsaharienne. * https://www.fao.org/food-systems/our-approach/en/ ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • EWA-BELT présenté à la 26e Commission des sciences et de la technologie pour le développement (CSTD) par OCCAM

    27 au 31 mars 2023 – Palais des Nations, Siège des nations Unies à Genève Du 27 au 30 mars, OCCAM - l'Observatoire sur la Communication Numérique, a été invité à participer et à intervenir lors de la 26e Commission des sciences et de la technologie pour le développement, qui s'est tenue au Bureau des Nations Unies à Genève. La Commission des sciences et de la technologie pour le développement des Nations Unies (CSTD) examine comment la révolution numérique affecte le développement et propose de nouvelles stratégies en vue d'un avenir durable pour tous. Le forum analyse et cadre les questions critiques influençant la science et la technologie aux niveaux multilatéral et gouvernemental. La 26e édition de la Commission a abordé deux sujets cruciaux : la technologie et l'innovation pour une production plus propre, productive et compétitive, et la garantie de l'accès à une eau potable et à des installations sanitaires pour tous : une solution par la science, la technologie et l'innovation. L'architecte Pierpaolo Saporito, président d’OCCAM, a eu l'occasion de présenter les résultats et les meilleures pratiques numériques obtenus jusqu'à présent dans le cadre du projet EWA-BELT EU-H2020 et d'élargir le réseau des parties intéressées. Il a d'abord souligné comment le projet EWA-BELT est un exemple de la manière dont la technologie et la science pourraient être appliquées pour atteindre des voies d'intensification durable dans les systèmes agricoles africains. L'attention a ensuite été portée sur les expérimentations sur le terrain où la plateforme de diagnostic numérique PLANTHEAD et les outils portables d'extraction d'ADN sont testés dans les 60 Farmer Field Reasearch Units (FFRUs) en Éthiopie, au Kenya, en Sierra Leone, au Burkina Faso, au Ghana et en Tanzanie, pour promouvoir une agriculture électronique durable en fusionnant les nouvelles technologies avec les pratiques traditionnelles. Les expérimentations sur le terrain confirment que les agriculteurs utilisant des outils innovants de diagnostic à distance et d'extraction d'ADN portable appliqués à leur savoir-faire local voient leur production significativement améliorée et augmentée, notamment en ce qui concerne les espèces de cultures sous-utilisées ou négligées (NUS). Ainsi, l'utilisation de ces nouvelles technologies en complément du savoir-faire local peut entraîner d'importants excédents agricoles et une amélioration de leurs conditions de vie. Les principaux piliers du projet EWA-BELT ont été approuvés tout au long des quatre jours de travail et de débats de la Commission, en ligne avec les thèmes prioritaires, englobant la production compétitive et l'accès à une eau potable et à des installations sanitaires. À ce sujet, des orateurs éminents et des experts de haut niveau ont manifesté leur intérêt pour le projet EWA-BELT. Après la session sur les points forts des activités de coopération technique sous le CSTD, l'OCCAM a eu l'occasion de présenter le projet EWA-BELT au représentant de l'Union africaine et de discuter des aspects pertinents du projet ainsi que des opportunités futures de collaboration pour étendre les connaissances et les résultats (à obtenir) à d'autres pays africains sous l'égide de l'Union africaine. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.occam.org/26-cstd ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • EWA-BELT a participé au Forum sur l'Agriculture de Conservation d'Arusha (ACAF) qui s'est tenu à Arusha

    Le thème principal était l'exploration du concept d'agro-écologie, qui s'est tenu au Centre Chrétien d'Arusha dans la région d'Arusha, au nord de la Tanzanie. Le 26 août 2022, deux chercheurs (Michael Justine et Maria Margwe) de l'Institut de Recherche Agricole de Tanzanie (TARI, Centre de Selian) dans le cadre du projet EWA-BELT ont eu l'opportunité de participer à un jour au Forum sur l'Agriculture de Conservation d'Arusha (ACAF) organisé par Iles de Paix (IDP) à Arusha pour discuter et partager différentes idées sur le concept d'agro-écologie. L'objectif principal du forum était d'explorer et de comprendre clairement le concept d'agriculture durable afin de développer une compréhension commune. Dans le cadre de cet objectif, différents intervenants ont pu discuter de l'agro-écologie, de l'agroforesterie, de l'agriculture biologique, de la permaculture, de l'agriculture de conservation, de l'agriculture régénératrice et de l'agriculture intelligente face au climat (CSA). Également, pour présenter différentes technologies respectueuses de l'environnement, le TARI a pu présenter et former les agriculteurs et autres bénéficiaires sur la technologie du vermicompostage et différents paillis organiques avec leurs avantages. L'ACAF en tant que plateforme agricole crée une opportunité pour différentes ONG, start-ups agricoles, décideurs politiques, gouvernements locaux, agents de vulgarisation, chercheurs et scientifiques de se réunir et de discuter de divers problèmes liés à la pratique de l'agriculture sans augmenter la pollution environnementale, la pollution du sol ou les risques pour la santé humaine. Ce forum est généralement organisé tous les 3-4 mois. En conclusion, les agriculteurs et autres parties prenantes ont été invités à développer leurs activités agricoles sans affecter l'écosystème (la nature) car la santé a une valeur plus grande que l'or, et chacun doit protéger l'autre/utilisateur final.

  • FusaHelp pour l'identification morphologique préliminaire des espèces de Fusarium

    On est fier de partager que nos collègues de l'Université de Sassari (Virgilio Balmas, Safa Oufensou, Quirico Migheli) en collaboration avec le CREA (Alessandro Infantino, Alessandro Grottoli, Valentino Bergamaschi) et l'Université de Sydney (Lester W. Burgess), ont lancé FusaHelp, un programme de site web qui aide à faciliter l'identification morphologique préliminaire correcte des espèces de Fusarium. Étant "l'un des importants champignons phytopathogènes d'intérêt agricole et humain" (Infantino, A., Grottoli, A., Bergamaschi, V. et al., 2023), l'identification et le diagnostic des Fusarium sont d'une importance capitale et sont "une condition préalable pour de nombreux domaines scientifiques, tels que l'agriculture, l'écologie et la médecine" (ibid). Le programme FusaHelp identifie les espèces les plus répandues par le biais d'un site interactif en libre accès sur le web. Il est généré avec l'aide de LucidBuilder, une plateforme basée sur JavaScript. Après une analyse approfondie de la littérature disponible, ainsi que de la description morphologique utilisée dans les clés synoptiques, les chercheurs ont pu identifier les variations des espèces de Fusarium les plus largement acceptées. En cas de discordances entre les auteurs, ou de descriptions manquantes, les experts ont réalisé des observations directes au microscope des cultures des espèces (provenant de Collections Internationales de Cultures et confirmées par des analyses moléculaires avec la séquence tef-1α). Si de nouvelles espèces apparaissent ou sont suggérées par la communauté des Fusarium, le site web est facilement actualisable et peut être édité selon les besoins. FusaHelp est une ressource importante avec de larges possibilités d'application dans les laboratoires qui ne peuvent pas se permettre ou n'ont pas les moyens de réaliser des analyses biomoléculaires coûteuses pour identifier principalement de tels agents pathogènes. En plus d'être un outil de diagnostic utile, FusaHelp représente également une aide didactique prometteuse pour la formation de chercheurs et de techniciens dans le domaine de la mycologie à utiliser aux côtés de l'observation microscopique des cultures in vitro. Comment ? Les utilisateurs préparent d'abord les lames de microscope, observent les structures morphologiques des champignons, puis les comparent avec les informations de la base de données. L'utilisation d’agar spécifique est conseillée. Cela leur permettra d'apprendre progressivement à reconnaître le champignon au niveau de l'espèce, devenant éventuellement autonomes. Des activités de renforcement des capacités de ce type sont fondamentales dans de tels contextes et différencient cette approche des autres bases de données diagnostiques qui génèrent une réponse sans l'implication directe du demandeur. Ces caractéristiques font donc de FusaHelp un outil très utile et facile à utiliser pour les étudiants, les chercheurs, les techniciens agricoles, les médecins et vétérinaires et tous ceux intéressés par les études taxonomiques basées sur la morphologie de ce genre fongique important. La base de données FusaHelp est librement disponible sur le lien suivant : https://www.fusahelp.com. Dans le contexte du projet EWA-BELT, la base de données FusaHelp pourrait s'avérer utile lorsque, et si, la plateforme PLANTHEAD intègre un outil d'intelligence artificielle capable d'évaluer les images microscopiques obtenues par les microscopes en papier Foldscope (ou par tout autre microscope). Ce faisant, disposer de nombreuses images pour reconnaître une forme spécifique de maladie des plantes à travers la banque de données FusaHelp pourrait représenter une stratégie efficace en termes de temps et de coûts pour résoudre les problèmes morphologiques. Ainsi, un partage de connaissances et de compétences entre les deux outils numériques pourrait représenter une nouvelle et encourageante frontière dans la digitalisation des outils de diagnostic pour la protection des plantes. Plus d'informations sont disponibles dans l'article d'Infantino A., Grottoli, A., Bergamaschi, V. Oufensou S., Burgess L.W, Balmas V., "FusaHelp: un programme de site web pour l'identification morphologique des espèces de Fusarium" publié dans le Journal of Plant Pathology (JPP) (2023). (https://doi.org/10.1007/s42161-023-01349-6) et ayant reçu le "choix éditorial du JPP" pour mai 2023. ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • Melchiade Bukuru, Directeur du bureau de liaison de l'UNCCD à New York, à la session dédiée au projet EWABELT lors de la 23e Infopoverty World Conference

    Le président de la session EWABELT à la 23e Infopoverty World Conference témoigne du fait que "la pauvreté et la faim ont la même géographie : les plus pauvres et les plus affamés se trouvent essentiellement dans des régions où la terre, le bien des pauvres, est dégradée". Régarder la Conférence ici Régarder les déclarations des intervenants sur le notre Chaîne YouTube commune "SI in Africa" Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), 828 millions de personnes ont souffert de la faim en 2021, soit une augmentation de 22 % par rapport à 2019, due en grande partie à la pandémie de COVID-19. En outre, dans la plupart des pays, la malnutrition est la plus répandue parmi les 20 % les plus pauvres de la population. Le PAM prévoit que, d'ici 2030, près de 670 millions de personnes (8 % de la population mondiale) souffriront encore de la faim. La faim et la pauvreté sont, dans de nombreux cas, intergénérationnelles. De nombreuses causes de malnutrition liées à la pauvreté, telles que l'insécurité alimentaire ou le manque d'accès aux services de santé, perdurent pendant plusieurs générations au sein d'une même famille ou d'une même communauté, et sont également exacerbées par le changement climatique, les conflits et les migrations forcées. Toutes ces situations se résument généralement à trois questions clés : Un accès limité ou inexistant à une alimentation de qualité - les gens peuvent-ils trouver quelque chose à manger ? Le manque de connaissances, de compétences et de soutien pour assurer des soins optimaux aux femmes et aux enfants en particulier - en matière de santé et de nutrition, comment pouvons-nous éduquer et former les gens pour qu'ils atteignent des niveaux de sécurité alimentaire suffisants ? Mretired from the UN public service and I’m proud to remain in full shape to pursue this kind of diplomatic and international activities. Poverty and hunger have the same geography, the poorest and the hungriest are essentially located in areas where land, the domain asset of the poor, is degraded. Poverty and hunger also have a gender. In rural areas where land is degraded women bear the brunt of desertification, land degradation and drought. This is the place to invest, this is the place where safe, secure and trustworthy artificial intelligence will be tested to positively impact livelihoods. I would like now to convene the session of our agenda to discuss the first challenging priority for artificial intelligence as regards to poverty and the eradication of hunger. I’m happy that our discussion takes place after the general assembly has set the tone and the boundaries of artificial intelligence in the recent resolution titled seizing the Opportunities of safe, secure and Trustworthy AI systems for sustainable development. -M. Melchiade Bukuru, Directeur du bureau de liaison de l'UNCCD à New York En s'appuyant sur les idées qui se dégagent des déclarations des participants - restez à l'écoute pour en savoir plus ! - OCCAM a rédigé la Déclaration Finale de la Conférence, qui comprend des suggestions, des propositions et des recommandations à tous les niveaux pour faire face à un monde en constante évolution où les technologies, si orientées et réglementées de manière adéquate, pourraient être bénéfiques pour le développement socio-économique mondial en vue d'e-welfare for all, dans le respect des droits de l'homme et des principes de l'ONU. Parallèlement, OCCAM travaille également sur le Plan d'action qui englobe toutes les instances opérationnelles qui ont émergé vers la réalisation des ODD et de l'Agenda 2030 de l'ONU, en consacrant une attention particulière aux meilleures pratiques du projet EWABELT et en promouvant des recommandations scientifiques et politiques au profit des communautés les plus défavorisées, en particulier en Afrique subsaharienne. ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • EWABELT présenté à la réunion du groupe d'experts de l'ONU-Habitat sur les villes intermédiaires à Jinja, en Ouganda.

    Du 17 au 19 avril 2024. Jinja, Ouganda. À l'occasion de la réunion du groupe d'experts de l'ONU-Habitat sur "l'optimisation du potentiel des villes intermédiaires pour la synergie urbaine-rurale et la résilience territoriale en Afrique de l'Est", OCCAM a été invité à participer en soulignant la pertinence de la promotion des solutions numériques pour combler le fossé urbain-rural, avec une attention particulière accordée au continent africain. La pandémie de Covid-19 n'a fait qu'exacerber les défis sanitaires, socio-économiques et de sécurité alimentaire déjà existants auxquels de nombreux pays et communautés d'Afrique subsaharienne doivent encore faire face. Selon ONU-Habitat, "les villes, grandes et petites, les villages ruraux et les bourgs sont confrontés aux effets croissants du changement climatique, à l'instabilité de l'économie et de la chaîne d'approvisionnement, aux pressions exercées par les migrants et les réfugiés, à la dégradation des sols et à la perte de biodiversité, entre autres problèmes graves". L'insécurité alimentaire et la malnutrition augmentent à l'intersection de ces défis". Dans ce cadre, OCCAM a présenté le projet EWABELT (GA 862848), financé par la Commission européenne dans le cadre du programme H2020, en tant qu'effort international exemplaire de recherche et d'action portant sur les questions liées à l'insécurité alimentaire dans six pays d'Afrique de l'Est - Kenya, Tanzanie et Éthiopie - et de l'Ouest - Burkina Faso, Sierra Leone et Ghana -. L'intervention s'est concentrée sur les technologies numériques et sur la manière dont le projet fait avancer la recherche dans ce domaine, ce qui a également été discuté lors de la 23e Conférence mondiale sur l'infopauvreté "AI turmoils digital processes : how to guarantee human rights and provide e-welfare for all" aux Nations Unies à New York le 12 avril 2024, organisée par l'OCCAM (communiqué de presse). En réponse à l'appel lancé par ONU-Habitat pour "examiner les ressources techniques pour tirer parti de l'innovation sociale et technologique pour les systèmes alimentaires durables et le développement", Martina Baldessin - coordinatrice de programme à l'OCCAM et responsable de la communication au sein du projet EWABELT - a présenté les outils TIC que le projet est en train de développer, à savoir la plateforme PlantHead et Q3 qPCR, regroupant la recherche sur les stratégies traditionnelles et innovantes afin d'améliorer l'échange de connaissances et de pratiques aux niveaux local, national et international en ce qui concerne les espèces de cultures négligées et sous-utilisées, la gestion durable des sols, la récupération des terres, la gestion durable de l'eau, l'agro-élevage et la protection des plantes. Une attention particulière a été accordée à la plateforme PlantHead conçue par OCCAM et mise à la disposition des agriculteurs, des experts et des centres de recherche pour l'analyse des plantes et la détection des maladies à distance. Son objectif premier, qui est de favoriser le diagnostic en temps réel et la protection écologique des cultures afin de relever les défis de l'insécurité alimentaire dans les unités de recherche agricole de terrain du projet, a été souligné comme un moyen prometteur d'enrichir les utilisateurs avec des solutions adéquates aux problèmes agricoles persistants, de manière efficace en termes de temps, conviviale et peu coûteuse. Les efforts de recherche et les activités du Consortium EWABELT dans les contextes ruraux de l'Afrique de l'Est et de l'Ouest sont des contributions précieuses pour aborder les synergies urbaines-rurales, favorisant ainsi la quête du développement social et économique des communautés rurales, urbaines et intermédiaires. Parmi les résultats attendus de la réunion du groupe d'experts, nous espérons recevoir : Deux produits normatifs à réviser et à valider sur les solutions numériques pour le système alimentaire et le développement durable. Guide de la coopération interurbaine Des recommandations politiques Amélioration de l'échange de connaissances Mise en réseau et partenariats Suivez-nous pour en savoir plus sur nos efforts en faveur d'un développement équitable, inclusif et durable ! ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • EWA-BELT à la XXIII INFOPOVERTY WORLD CONFERENCE aux Nations Unies

    Le 12 avril 2024. Nations Unies, New York. Le Projet EWABELT a participé à la XXIII Infopoverty World Conference "A.I. turmoils digital processes : how to act to ensure human rights and provide e-welfare for all?" et a présenté les stratégies les plus innovantes dans le domaine de l'agriculture numérique et de la sécurité alimentaire. ** Régarder la Conference ici ** Le 12 avril 2024, EWA-BELT a présenté ses principales réalisations lors de la XXIII Infopoverty World Conference, un événement phare annuel des Nations Unies organisé par OCCAM, the Observatory on digital communication, affilié au Conseil économique et social des Nations Unies et partenaire du projet. Cette année, la conférence a eu lieu en présence au siège des Nations Unies à New York et en ligne sur Webex, diffusée en direct sur UNWebTV. Le thème de la conférence : "A.I. turmoils digital processes : how to act to ensure human rights and provide e-welfare for all ?" a ouvert les travaux pour un « Plan of Action » partagé à présenter aux Nations Unies pour aborder la phénoménologie en cours et définir les stratégies futures à adopter non seulement pour atteindre les objectifs de développement durable et l'Agenda2030, mais aussi en vue d'une société numérique plus juste, plus inclusive et plus durable, impliquant tous les acteurs publics et privés pour faire face aux opportunités et défis de l'intelligence artificielle. Avec les niveaux de pauvreté qui s'étendent à travers le monde, suscitant des inquiétudes quant à une éventuelle récurrence de la crise de 1929 - résultant d'une production saturée et d'une pénurie d'acheteurs - il est donc impératif de concevoir des politiques globales visant à favoriser le développement parmi les populations les plus pauvres. Avec le titre "Poverty eradication and hunger : a first challenging priority for AI", la deuxième session de la Conférence a été dédiée au Projet EWABELT (GA 862848) qui, exécuté dans des villages de 30 régions sub-sahariennes par 20 partenaires parmi les universités, les centres de recherche et les entreprises, a montré comment l'intégration de technologies numériques alimentées par l'IA dans l'agriculture et les connaissances traditionnelles ainsi que les meilleures pratiques favorisent un développement tangible au sein des communautés les plus défavorisées d'Afrique. La session était présidée par Melchiade Bukuru, Directeur, UNCCD, Bureau de liaison à New York, qui a souligné comment la pauvreté et la faim ont la même géographie - "les plus pauvres et les plus affamés se trouvent essentiellement dans des zones où la terre, le principal actif des pauvres, est dégradée" - et une connotation de genre également avec "les femmes supportant le poids de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse". Halka Otto, Chargée de liaison principale, Bureau de liaison de la FAO à New York, a non seulement reconnu les progrès que l'IA et les technologies numériques peuvent apporter aux contextes d'insécurité alimentaire et à l'agriculture en général, mais a également salué le Projet EWABELT pour ses efforts en faveur du développement durable dans les régions africaines. Giovanna Seddaiu, Professeur d'Agronomie et Coordinatrice de EWABELT, Université de Sassari, NRD ; et une déclaration conjointe des Membres du Comité Consultatif Scientifique de EWABELT, Youssef Brahimi, Membre Fondateur de l'Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), et François Tapsoba ; ont présenté les implications sociales et économiques du Projet, en accordant une attention particulière à la création d'emplois et à l'implication des jeunes, ainsi qu'en fournissant cinq recommandations politiques pragmatiques et suggestions pour amplifier les résultats de EWABELT, reconnaissant l'urgence d'une approche scientifique centrée sur l'homme, éthique, orientée vers les droits de l'homme et inclusive. Ensuite, Giovanni Zanoni, Analyste chez OCCAM, avec le soutien de l'Université de Sassari (Prof. Quirico Migheli) et de l'Université de Nairobi (Prof. Sheila Okoth), a présenté la Plateforme PlantHead, une solution numérique qui offre un diagnostic en temps réel et des instruments de protection des cultures respectueux de l'environnement pour lutter contre les maladies des plantes et les défis liés à l'insécurité alimentaire. Aujourd'hui, la plateforme Planthead constitue un outil de soutien crucial dans les FFRUs de EWABELT pour de nombreux agriculteurs dans la détection et le traitement en temps opportun des maladies des cultures. Marco Cereda, Chercheur en biotechnologie du silicium, STMicroelectronics ; Quirico Migheli, Professeur, Directeur NRD, Université de Sassari ; Abigael Ouko, Chercheur, Université de Nairobi ; ont présenté l'outil portable Q3 qPCR développé par STMicroelectronics et testé au Kenya pour tester des cultures modèles susceptibles d'être contaminées par des mycotoxines produites par des champignons. Reconnaissant ces éléments comme des contributeurs significatifs aux maladies d'origine alimentaire, notamment en Afrique subsaharienne, ces outils numériques viendront compléter d'autres approches innovantes développées par le projet, allant des technologies de stockage améliorées et des systèmes d'aide à la décision jusqu'à la détection précoce du développement de moisissures dans les produits stockés. Nicola Morganti, Président, Fondation ACRA, s'est penché sur les recherches que le Consortium mène sur les biopesticides. En particulier, il a présenté l'étude de cas sur la « Cassia Nigricans » au Burkina Faso, où les agriculteurs ont non seulement redécouvert les avantages de l'utilisation de l'extrait après de nombreuses années pour protéger les cultures, mais l'ont également reconnu comme une précieuse connaissance traditionnelle intégrée à valider à grande échelle. Enfin, John Bidzakin, Chercheur Associé, Université de Cranfield, a souligné l'importance de la recherche sur les Espèces Végétales Négligées et Sous-utilisées (NUS). L'étude de cas sur le Fonio au Ghana et sa chaîne de valeur attestent des énormes implications socio-économiques que ces cultures ont pour faire face aux défis et aux opportunités de sécurité alimentaire dans les régions sub-sahariennes. Le Projet EWABELT se distingue donc comme un effort international synergétique dans les actions opérationnelles de recherche et d'innovation enrichissant la pléthore multilatérale d'instances capables de faire avancer le progrès et le développement vers le bien-être numérique pour tous, en particulier pour les régions méritantes. Sur ces bases, la « Final Declaration » et le « Plan of Action » associé engloberont toutes les idées qui ont émergé de la discussion pour définir une feuille de route à adopter par les décideurs politiques, les organisations internationales, les entreprises et la société civile pour une société plus juste, plus inclusive et plus durable, guidée par les ODD et les Principes Fondamentaux des Nations Unies. In memoriam de Naresh Magan, Professeur, Cranfield University ** For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org

  • NOUVELLE ! Une chaîne YouTube commune à tous les projets de l'UE Horizon2020 SFS35-2019/2020 - Intensification durable en Afrique

    EWABELT, SustInAfrica, SustainSahel, UPSCALE et Soils4Africa collaborent et lancent la chaîne YouTube commune "SFS35 H2020 Projects - SI in Africa" Avec leur mission commune de promouvoir l'intensification durable sur le continent africain, les projets EWABELT, SustInAfrica, SustainSahel, UPSCALE et Soils4Africa font un pas en avant dans leur coopération en lançant une chaîne YouTube commune "SFS35 H2020 Projects - SI in Africa" pour échanger et partager les meilleures pratiques mises en œuvre par leur consortium respectif. La chaîne exploite les forces uniques et les activités de recherche de chaque collaborateur, offrant une expérience dynamique et multiforme pour découvrir davantage sur les efforts de recherche et d'innovation pour relever les défis de la sécurité alimentaire, y compris les questions agroécologiques, les technologies de poussée et de traction et les techniques de gestion des sols. Ce faisant, il représente une occasion unique de diffuser les activités, les pratiques et les résultats mis en œuvre et obtenus par les projets collaborateurs auprès d'un public plus large, tout en promouvant les objectifs plus vastes de l'intensification durable des systèmes de production agricole en Afrique et du système d'information sur les sols pour l'Afrique. Pour rejoindre cet experience et découvrir les activités menées par les Consortiums, abonnez-vous à la chaîne SFS35 H2020 Projects - SI in Africa (@sfs35) et restez à l'écoute des prochaines publications ! For media inquiries, please contact: OCCAM - Observatory on Digital Communication info@ewabelt.eu • occam@occam.org A propos des partenaires impliqués : EWABELT - Les pays africains souffrent de niveaux élevés d'insécurité alimentaire et nutritionnelle, exacerbés par l'incidence croissante du changement climatique sur la production agricole. L'intensification durable (ID) offre des moyens pratiques pour augmenter le rendement agricole, tout en préservant les ressources naturelles (eau, sol, biodiversité et terres) et le flux de services écosystémiques. L'intensification durable exige des interventions adaptées aux besoins et aux contextes locaux. D’après ces hypothèses, le projet EWA-BELT vise à promouvoir les systèmes de production alimentaire à travers l'ID dans les systèmes agricoles des petits exploitants de différentes zones agro-climatiques d'Afrique de l'Est (Éthiopie, Kenya et Tanzanie) et de l'Ouest (Burkina Faso, Ghana, Sierra Leone) et, par conséquent, il vise à réaliser une "ceinture" africaine interrégionale capable de promouvoir l'ID en évaluant et en échangeant les meilleures pratiques et expériences entre les différents contextes.​ SustInAfrica - SustInAfrica est un projet de recherche visant à renforcer les capacités des petits exploitants agricoles et des petites et moyennes entreprises (PME) d'Afrique de l'Ouest et du Nord afin de faciliter l'intensification durable des systèmes agricoles africains. Nous visons à développer et à déployer un cadre de référence sur les meilleures pratiques et technologies agricoles, basé sur une approche systémique, et dont l'efficacité a été vérifiée avec succès pour intensifier la production primaire de manière autosuffisante, durable et résiliente. SustainSahel - Le nom complet du projet SustainSahel est "Synergistic use and protection of natural resources for rural livelihoods through systematic integration of crops, shrubs and livestock in the Sahel" (utilisation synergique et protection des ressources naturelles pour les moyens de subsistance ruraux par l'intégration systématique des cultures, des arbustes et du bétail au Sahel). L'objectif global de SustainSahel est de promouvoir des pratiques qui améliorent la qualité des sols et les rendements, renforcent la résilience face au changement climatique et contribuent à la sécurité alimentaire et à l'amélioration des moyens de subsistance. L'approche du projet s'inscrit dans les thèmes de l'agroécologie, de l'agriculture biologique et des éléments de l'agriculture de conservation. SustainSahel compte 17 partenaires de 9 pays, représentant les continents européen et africain. Le projet est coordonné par le FiBL et est financé dans le cadre d'Horizon 2020, le programme-cadre de l'Union européenne pour la recherche et l'innovation. UPSCALE - UPSCALE vise à prendre des mesures clés pour réaliser le potentiel de transformation de la technologie push-pull, afin d'améliorer la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et la résistance au changement climatique dans la région subsaharienne de l'Afrique de l'Est, tout en réduisant l'impact des pratiques agricoles sur l'environnement. Pour ce faire, il encourage la conception, l'adaptation et l'adoption de stratégies de gestion agro-écologique intégrée basées sur la technologie "push-pull" pour une intensification durable à grande échelle et résistante au changement climatique. Soils4Africa - Financé par le programme Horizon 2020 de l'Union européenne, Soils4Africa mettra en place d'ici 2024 un système d'information sur les sols (SIS) en données ouvertes. Le SIS permettra aux agriculteurs, aux entreprises agroalimentaires, aux scientifiques et aux décideurs politiques d'intensifier durablement l'agriculture et de renforcer la sécurité alimentaire en améliorant la qualité et la disponibilité des données sur les sols africains.

  • Accord de partenariat entre le projet EWA-BELT et le projet INCiTiS-FOOD

    Signature d'un protocole d'accord entre les deux projets financés par l'UE Le 18 décembre 2023, le projet EWA-BELT et le projet INCiTiS-FOOD ont signé un accord de partenariat visant à promouvoir la coopération internationale pour un avenir durable en Afrique. Reconnaissant les opportunités et les défis auxquels les communautés africaines sont confrontées, conformément à leurs missions communes visant à renforcer la sécurité alimentaire et la nutrition sur le continent, les projets ont convenu de collaborer à des activités spécifiques visant à faciliter et à soutenir la coopération mutuelle, l'échange de connaissances, de leçons apprises et d'expériences, ainsi qu'à unir leurs efforts dans l'organisation d'événements futurs et de toute activité de diffusion et de communication pouvant bénéficier aux deux projets. Reconnaissant l'importance de partager les meilleures pratiques et les informations sur les réussites avec leurs réseaux et régions d'opération plus larges, les projets coopéreront dans un premier temps sur les activités en cours au Kenya, au Ghana et en Sierra Leone - qui sont les pays où les deux parties opèrent actuellement - pour éventuellement élargir la portée de l'accord à d'autres nations bénéficiaires. Cette collaboration stratégique fournira aux deux projets de nouvelles perspectives et de nouveaux résultats pour enrichir les activités de recherche tout en garantissant aux communautés impliquées un accès libre et facilité à une base de données plus large d'informations, de réalisations et de solutions potentielles, améliorant ainsi le transfert des meilleures pratiques, des connaissances traditionnelles et innovantes ainsi que la création de points focaux et de groupes de réflexion vers un processus de développement autonome, durable et prometteur. De plus amples informations sur cette collaboration seront disponibles dès que l'agenda des activités sera défini par les représentants des deux projets. Suivez-nous sur les médias sociaux pour en savoir plus sur les projets et la collaboration !

  • "Magan Centre" de mycologie appliquée à l'université de Cranfield

    Un nouveau centre de recherche pour explorer le pouvoir des champignons à l'université de Cranfield 16Janvier 2024, Cranfield (Royaume-Uni) On est ravis d'annoncer la création du Magan Centre for Applied Mycology à l'université de Cranfield, fier partenaire du projet EWABELT (GA 962848). Ce centre de recherche, nommé en l'honneur de feu le professeur Naresh Magan, éminent expert en mycologie appliquée et scientifique de référence au sein de la communauté EWABELT, se consacre à l'exploration des potentiels bénéfiques des champignons. Avec un financement initial de 7,2 millions de livres sterling de la part de Research England, le centre vise à étudier les contributions positives des technologies et des applications dérivées des champignons pour soutenir l'économie verte et les efforts mondiaux visant à atteindre les objectifs "net zéro". S'appuyant sur plus de 35 ans d'expérience dans la recherche sur les fongus, en particulier dans les domaines du stockage et de la sécurité des aliments, l'université de Cranfield élargit son champ d'action pour explorer d'autres domaines dans lesquels les fongus pourraient exercer une influence significative. Cette initiative englobe des recherches interdisciplinaires portant sur diverses applications, notamment les énergies renouvelables, les biocarburants, les matériaux de construction, les emballages, les composants robotiques et les piles à combustible. Soulignant le potentiel inexploité des fongus, le professeur Angel Medina-Vaya, directeur de l'environnement et de l'agroalimentaire à l'université de Cranfield et chercheur principal du projet, a mis en évidence les capacités de transformation de ce royaume. Il a indiqué que les fongus pouvaient jouer un rôle essentiel dans la réalisation des aspirations mondiales en matière d'émissions nettes zéro, affirmant que le nouveau centre était prêt à ouvrir la voie à des applications et des technologies novatrices dérivées des fongus. En outre, l'université de Cranfield s'engagera dans des efforts de collaboration avec des organisations mondiales possédant de vastes collections de fongus afin de faire avancer la recherche dans ce domaine et de contribuer à l'enrichissement de la littérature. Ces partenariats incluent des institutions telles que les Jardins botaniques royaux de Kew au Royaume-Uni, l'Institut de biodiversité fongique de Westerdijk aux Pays-Bas et l'Institut de biotechnologie forestière et agricole en Afrique du Sud. Simultanément, ces collaborations serviront à renforcer les initiatives de recherche existantes. La création de ce nouveau centre ne reconnaît pas seulement l'expertise des chercheurs de l'université de Cranfield, mais souligne également l'excellence et les progrès facilités par le projet EWABELT dans le domaine des fongus, des technologies dérivées des fongus et de leurs applications. Nous félicitons toute l'équipe de l'université de Cranfield pour cette réalisation importante ! ** Visitez nos réseaux sociaux pour découvrir plus d'info: Website: ewabelt.eu Facebook: ewabelt.project Instagram: ewabelt_project X: ewabelt_project LinkedIn: showcase/ewa-belt Contactez-nous à info@ewabelt.eu

  • Mission EWA-BELT à Tamale et champs expérimentaux au Ghana

    4 / 8 Setpembre 2023, Tamale (Ghana). Le Consortium EWA-BELT s'est envolé pour Tamale afin de participer aux activités organisées par l'Université de Sassari (UNISS), l'Université de Cranfield, le CSIR-SARI, Kundok Development Consult Limited (KDC) et l'Université Aristote de Tessalonique (AUHT). En particulier, les partenaires du projet ont d'abord rejoint les coordinateurs lors du premier Scenario Workshop (4-5 septembre 2023, Mariam Hotel, Tamale), qui visait à présenter et à informer sur les Résultats Clés Exploitables (KERs). En fait, le projet EWA-BELT s'est efforcé de développer ou de valider des technologies visant à accroître la productivité tout en contribuant à l'intensification durable de l'agriculture par le biais de KER spécifiques. Le workshop avait donc pour but de les présenter aux parties prenantes intéressées et présentes, tout en les consultant pour développer en collaboration des stratégies qui guideront leur exploitation aujourd'hui et au-delà de la durée de vie du projet. Les 6 et 7 septembre 2023, les partenaires se sont rendus dans les champs expérimentaux du CSIR-SARI dans les districts de Nyankpala et de Wale Wale pour le workshop de renforcement des capacités du WP2 afin d'explorer de manière pratique les techniques et approches de gestion des sols exploitées. Ils ont rédigé des hypothèses et des méthodologies et ont étudié les données et les principaux résultats, en se concentrant particulièrement sur la recherche sur la fertilisation organique, suivie d'une réflexion commune sur les futures actions communes et les voies de diffusion. Le dernier jour, le 8 septembre 2023, le consortium EWA-BELT a rejoint le coordinateur à Tamale pour le workshop de renforcement des capacités du WP2 sur l'application du cadre Drivers-Pressures-State-Impact-Responses (DPSIR) dans les pays d'Afrique de l'Est et de l'Ouest pour la gestion durable de l'eau et sur les techniques traditionnelles de collecte de l'eau, discutant des résultats préliminaires et de ceux attendus dans le contexte de la collecte de l'eau, tout en identifiant également les processus requis et les phases de collecte de données. Grâce à la participation fructueuse des partenaires du projet, des parties prenantes externes et des tiers, EWA-BELT a franchi une nouvelle étape dans la réalisation de son objectif de promotion du SI dans les pratiques agricoles des communautés africaines. ** Visitez nos médias sociaux pour voir quelques photos des activités réalisées : Website: ewabelt.eu Facebook: ewabelt.project Instagram: ewabelt_project Twitter: ewabelt_project LinkedIn: showcase/ewa-belt Prenez contact avec nous à l'adresse suivante: info@ewabelt.eu

bottom of page